L’analyse du cours du cuivre permet de déduire un recul de la croissance

L’analyse du cours du cuivre permet de déduire un recul de la croissance

A chaque époque, le cours du cuivre a été un indicateur particulièrement fiable de la santé économique mondiale. Enregistrant une baisse de 2,7% pour le mois d’août, ces premiers chiffres ne sont pas encore alarmants mais le support actuel de 309 pourrait baisser à l’avenir.

Mise en place d’une croissance stable en Chine

minerais cuivre

Après plusieurs années d’une croissance accélérée, la Chine est en période de stabilisation de son économie. Cette phase est nécessaire pour construire de bonnes bases avant de faire de nouveaux projets. Premier importateur de cuivre, cette situation va avoir des conséquences directes sur le cours du métal.

Dans le même temps, le gouvernement chinois a initié des enquêtes dans le secteur des métaux trop souvent utilisés en remplacement d’un autre moyen de paiement. Cette action a eu pour effet de baisser de 12% les exports de cuivre de la part de la Chine. Les métaux ont trop longtemps été fonction de ce marché principal, ce qui a forcément des conséquences directes lorsque son modèle économique se modifie.

Une croissance très lente en Europe

cu

Les demandes de cuivre de la part des pays de la zone euro sont très faibles et visent avant tout la remise en état des lignes de chemins de fer ou des installations victimes de vols de métaux. Il n’est pas actuellement possible d’affirmer qu’il existe un réel marché du cuivre dans cette zone dans le sens où aucun pays n’est demandeur de gros volumes afin de réaliser un projet d’envergure.

Tant que la demande n’augmentera pas à ce niveau, il ne sera pas possible de parler de croissance au sens littéral du terme. L’Europe est bel et bien dans un situation de réforme économique et cette position a un effet direct sur le prix des métaux. Les estimations des économistes vont vers une baisse de la valeur seuil jusqu’à 290 dans un premier temps et pouvant aller jusqu’à 280 d’ici la fin de l’année. L’avenir s’annonce donc difficile pour ce métal mais aussi pour la majorité des métaux industriels utilisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × quatre =