Marchés de l’or : envolée des métaux précieux après les attaques américaines sur la Syrie

Marchés de l’or : envolée des métaux précieux après les attaques américaines sur la Syrie

Depuis toujours, le cours de l’or est très sensible aux événements socio-économiques. La semaine dernière, les attaques aériennes américaines contre la Syrie jouaient en faveur du métal précieux qui a atteint vendredi son plus haut depuis cinq mois.

En tant que valeur refuge, l’or était fortement recherché suite aux attaques aériennes des Etats-Unis, ces actes se traduisent en effet par une instabilité géopolitique. « Il s’agit de la première action forte sur le plan international de la présidence de Donald Trump qui vient de juste de commencer » indique un analyste chez Accendo Markets. « Les relations des Etats-Unis avec la Chine, mais également avec la Russie et l’Iran pourraient en souffrir » rajoute-t-il.

Les impacts de la rencontre Trump – Xi Jinping sur l’or

L’angoisse des investisseurs était palpable lors de la rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping. Toutefois, bon nombre des observateurs se voulaient optimiste face à la situation.

Il était évident que le geste de Trump allait avoir des impacts sur le cours de l’or et les autres valeurs refuges, notamment sur les actifs financiers. C’est ce que Thomas Pugh, un expert de chez Capital Economics qualifie de « mouvements brusques (…) Mais sur le moyen et le long terme ». Le plus important est le rythme de la hausse des taux d’intérêt.

La Réserve Fédérale relève de façon graduée son taux directeur. Or, ce procédé profite à la devise américaine et aux obligations. Par contre, le métal jaune perd de sa valeur, car son prix est fixé en dollars. De plus, les investisseurs qui utilisent d’autres devises perdent en pouvoir d’achat.

En outre, un tel investissement n’est pas pour autant bénéfique. Non seulement, les métaux précieux ne rapportent pas de dividende, mais en plus de cela, les marchés sont plus favorables aux obligations quand celles-ci en versent.

Les autres métaux précieux suivent le mouvement haussier

Les inquiétudes du marché ont bel et bien affecté les autres métaux précieux, mais dans une moindre mesure, car « l’or reste la valeur refuge par excellence » font remarquer les analystes de Commerzbank.

Au plus haut depuis cinq mois, l’argent a atteint 18,52 dollars l’once en fin de semaine. Toutefois, la performance du palladium est relativement plus remarquable à 816, 87 dollars l’once, son plus haut depuis 25 mois.

Par contre, les platinoïdes n’ont pas commencé la semaine en beauté en raison des mauvaises données sur l’industrie automobile aux Etats-Unis, qui représente pourtant la demande majeure de ces métaux.

Au fixing du vendredi :

Sur le London Buillion Market :

  • L’once d’or a clôturé la séance à 1 266,45 dollars contre 1 244,85 dollars la fin de semaine précédente.
  • L’once d’argent quant à lui a terminé à 18,40 dollars contre 18,06 dollars le vendredi précédent.

Sur le London Platinium and Palladium Market :

  • L’once du platine a terminé à 967 dollars contre 940 dollars il y a sept jours.
  • Enfin, l’once du palladium a fini à 806 dollars contre 798 dollars sept jours plus tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 8 =