Naissance d’une collaboration entre l’Europe et le Japon autour du cuivre

Naissance d’une collaboration entre l’Europe et le Japon autour du cuivre

Le Chili représente à l’heure actuelle le pays qui dispose des gisements les plus importants de cuivre. Pour profiter de cette caractéristique, des entreprises étrangères n’hésitent pas à investir pour mettre en place les moyens d’extraire ce précieux métal. La compagnie polonaise KGMH et le japonais Sumitomo Metal Mining ont mis en place un projet prometteur.

Le projet Sierra Gorda en marche

copper_1_fil_cuivre

Après un investissement de plus de 4 millions de dollars, la mine de cuivre va pouvoir transmettre prochainement les prochains milliers de tonnes qui seront extraits. Envoyés à Tokyo pour leur raffinement, le système d’extraction et de traitement semblent être bien pensé. Le Japon rentre alors dans le marché du cuivre aux côtés d’un expert européen largement reconnu .qui va développer une image encore plus positive.

Ce projet sera à surveiller de près car le polonais détient la majorité des parts de l’affaire avec 55% mais le japonais avoue participer pour la première fois à un partenariat de cette importance. Il compte donc sur l’expérience du numéro deux européen, KGMH, pour faire en sorte de mettre en place une affaire florissante dans le marché du cuivre.

Une production annuelle importante

cuLorsque l’exploitation sera à son maximum, elle sera capable de produire 120 000 de tonnes de cuivre par an. Il faudra donc compter sur ce nouveau producteur dans un marché en demande constante.

Être capable actuellement de répondre aux besoins immenses des différents pays va largement jouer en sa faveur. Certains pays pourraient même délaisser d’autres producteurs qui éprouvent des difficultés de production en termes de volume ou qui présentent des soucis avec leur personnel.

Pour pouvoir tirer des bénéfices conséquents, cette alliance entre l’Europe et le Japon devra contrôler les coûts de l’extraction. En matière d’électricité, une autonomie est visée avec la mise en place de capteurs solaires qui permettront de réduire les dépenses.

Les deux acteurs espèrent également une hausse du cours du métal pour multiplier les gains dans le futur. Compte tenu de l’arrivée d’un nouveau producteur, certains pays pourraient passer des commandes conséquentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =