Les projets avec l’aluminium freinés par les limites de la production

Les projets avec l’aluminium freinés par les limites de la production

Alors que l’aluminium devient de plus en plus demandé dans le domaine du bâtiment et de l’automobile, les mines de production semblent arrivées au maximum de leurs capacités. Le déficit annoncé est encore faible mais laisse envisager le pire pour l’avenir.

Une diminution des exploitations

enluminure-02-galene-ou-minerai-de-plomb

L’année 2013 avait montré un surplus de près de 600 000 tonnes, l’année 2014 présente un autre scénario. Ceci s’explique par le fait que les principaux producteurs ont fermé les mines qui n’étaient pas assez rentables.

La Russie a en effet procédé à de nombreuses fermetures car le coût de l’exploitation par rapport aux bénéfices était plus important. Cependant, cinquante autres exploitants mondiaux lui ont emboité le pas, créant ainsi un déséquilibre. Aucun nouveau gisement n’est en mesure de pallier au problème à l’heure actuelle.

La solution chinoise limitée

aluminium-paste-758196

Le pays asiatique permet de limiter le déficit dans l’aluminium mais cette configuration pourrait changer à l’avenir. En effet, pour extraire l’aluminium, la Chine utilise la bauxite indonésienne. Face à une loi indonésienne visant à réduire les exportations de bauxite, le cas de l’aluminium semble réellement très complexe.

La filière de l’aluminium devrait connaître un avenir difficile sans changement dans les possibilités de production. Il revient donc aux différents pays de trouver les moyens de trouver une garantie de pouvoir utiliser de l’aluminium dans les futures décennies pour servir notamment l’industrie automobile. L’avenir en dira plus sur cette situation de déficit et un issue incertaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + dix-neuf =