Où acheter son or ?

Où acheter son or ?

Investir dans l’or est un moyen de se prémunir, car le métal précieux est un patrimoine sûr qui garde sa valeur en temps de crise. Autrement dit, la possession d’or est la meilleure façon de s’assurer. Ce qui explique largement l’émergence de la vente d’or. On propose de l’or un peu partout, même dans les endroits les plus improbables ; sur des échoppes temporaires, les officines de quartier, en ligne sur les sites de ventes aux enchères en ligne. Il est devenu possible de s’approvisionner sans recourir à une banque ou une entreprise dédiée à cet effet. Pourtant, il est conseillé d’acheter en lieu sûr.

 Les lieux préconisés

L’achat d’or est une opération qu’on ne doit pas prendre à la légère. Il vaut mieux s’adresser à un revendeur qualifié, c’est-à-dire, un intermédiaire fiable présentant les meilleures garanties de sécurité et de transparence. En achetant de l’or ailleurs, il est fort probable que ce soit de la marchandise volée ou que l’or ne soit pas assez pur. Si la pureté de vos métaux précieux est d’au moins 99,5% d’or, ils conservent leur valeur maximale de revente. Il convient alors de se tourner vers une banque, une entreprise d’investissement ou un courtier agréé par la Banque de France.

Pour ne pas à dépenser de l’argent futilement, vous pouvez vérifier sur internet, le registre des agents financiers de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) si l’opérateur est bien habilité à exercer cette activité. Les courtiers et entreprises qui sont inscrits sur ce registre répondent aux normes en vigueur, c’est-à-dire, conformément au code monétaire et financier.

 Les transactions par espèces sont inadmissibles

Dans le cadre de votre achat, il est fortement déconseillé d’accepter les espèces. Si vous avez l’intention d’acheter auprès d’une banque, vaut mieux le faire là où vous avez déjà ouvert un compte-titres. N’oubliez pas de préciser les tarifs du fait que les commissions sont parfois excessives. Le tarif moyen oscille dans les 2% environ, soit, près de 2,5% à l’achat et la vente et 2% pour la conservation.

La réglementation sur les transactions a été mise à jour le 31 juillet 2011 où toutes les opérations doivent être réglées par chèque, virement bancaire ou carte de crédit, quel que soit leur montant. Le paiement par espèces n’est pas à l’ordre du jour. Idem pour les opérateurs qui sont tenus de communiquer les prix proposés et de rédiger un contrat écrit sous peine de sanctions selon la loi Hamon.

 Les grandes lignes de la loi Hamon

Le but de cette loi étant de mettre fin aux abus. Il s’agit d’un décret du 17 mars 2014 relative à la consommation. La loi Hamon renforce davantage l’encadrement de l’activité des opérateurs qui excellent dans le rachat d’or, d’argent et de platine. Le professionnel a l’obligation d’afficher les prix aux consommateurs désireux de disposer des métaux précieux.

En ce qui concerne le contrat, il faut deux exemplaires dont l’un sera remis au particulier au moment de conclure la transaction. Il doit mentionner ; la date et l’adresse complète des deux parties, la date et l’adresse du lieu de conclusion du contrat, la désignation précise de la nature et des caractéristiques des biens comme le poids, le cas échéant, la pureté du métal, le prix de vente, le taxe ainsi que tous les frais annexes à la charge du consommateur.

L’acheteur dispose de 24 heures à compter de la signature du contrat pour exercer son droit de rétractation, et ce, sans se justifier ni à payant des pénalités. Un délai qui ne s’applique pourtant pas aux opérateurs d’or investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − treize =