Une augmentation de la production de fer qui tire son cours vers le bas

Une augmentation de la production de fer qui tire son cours vers le bas

En se basant sur la demande des dernières années où les pays demandeurs se trouvaient devant une pénurie de fer, de nombreuses exploitations ont redoublé d’efforts pour pouvoir produire en quantité suffisante. Avec l’objectif de fournir l’élément principal de composition de l’acier, l’offre est tellement forte que les prix du fer sont en chute vertigineuse.

Un effet pervers

minéraux de fer

Les pays possédant des gisements intéressants comme en Australie ou au Brésil ont été convaincus par le prix à la tonne très haut existant ces dernières années. Souhaitant également profiter de cette source de profit, leur production a nettement augmenté. Dans le même temps, les autres pays ont également produit en masse afin de réaliser des bénéfices intéressants.

Compte tenu de cet effort conjoint, les experts dans le domaine des métaux estiment que l’offre en minerai de fer pourrait surpasser la demande au moins jusqu’en 2019. Ceci a donc pour conséquence de faire baisser le cours du fer et donc d’annuler les aspects positifs que pouvait posséder le fer pour les exploitants auparavant.

Une conjonction de facteurs

fer

Outre une volonté de produire en quantité suffisante, plusieurs aspects sont à prendre en compte dans la baisse actuelle du cours du fer acheté. La Chine a réduit sa demande alors qu’elle représentait 70% du marché.

Dans tous les pays du monde, le marché de l’immobilier stagne, ce qui réduit le nombre de commandes de fer qui est utilisé pour créer des armatures ou des parties en acier de qualité. Le marché semble figé dans l’attente d’actions nouvelles.

Les producteurs ne peuvent que constater les dégâts, avec une tonne qui passe sous la barre des 90 dollars la tonne alors qu’elle était à 135 dollars en 2013. Le cours actuel rejoint celui qui avait cours pendant la crise économique mondiale, période pendant laquelle les demandes étaient rares. Avec cette nouvelle configuration, seules les mines les plus résistantes pourront durer car les grands groupes continuent à enregistrer des marges intéressantes alors que les petites mines ont bien du mal à équilibrer leurs comptes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − douze =